King Kong Théorie, Virginie Despentes
Essai / 6 février 2017

King Kong Théorie est le deuxième livre que je lis de Virginie Despentes. Je suis incapable de vous dire si j’ai aimé Apocalypse Baby, mais il est sûr que cela m’a marqué : l’autrice a une très bonne plume, je la mets au niveau d’un Camus et d’un Vian (si, si). Je pense qu’on ne le dit pas assez, on préfère dire de Virginie Despentes qu’elle s’est prostituée ou que son style est agressif, et je n’arrive pas à être d’accord sur cette priorité dans les traits qui font d’elle une autrice. Ce point est d’ailleurs abordé dans cet essai. Virginie Despentes a écrit son essai autour de son expérience et de son cheminement intellectuel dans le féminisme. Chaque chapitre est agrémenté de citations d’auteurices (plus d’autrices que d’auteurs d’ailleurs) féministes. On y retrouve notamment son avis argumenté sur l’industrie du porno (elle est contre sa censure) et sur la prostitution (pour la légalisation). Je ne suis pas 100% d’accord avec ses arguments – je trouve qu’elle ne parle pas assez de ses privilèges: est-ce une omission, pense-t-elle que ça ne joue pas ou ne le voit-elle pas ?- mais curieusement, jamais 100% contre ces conclusions. C’est un livre court,…

Contre le masculinisme, guide d’auto-défense intellectuelle, Collectif Stop masculinisme
Essai , Livre / 7 janvier 2017

Court essai au style abordable et très bien documenté, le livre commence par définir ce qu’est le masculinisme, son origine et son histoire avant contre-attaquer contre les thèmes favoris de ce groupe: « les pères bafoués » avec les associations de papas qui finissent par devenir des groupe de cooptation renforçant la position de dominants des hommes qui la constituent, les « violences subies par les hommes » occultant complètement celle subies par les femmes* et conclut en beauté sur la prétendue crise de la masculinité. J’ai été consternée par ce que j’ai lu, notamment sur le chapitre des associations de papas dont j’avais une vision plus positive avant de lire ce livre. C’est un exemple qui montre bien le problème de la non-mixité** dans les groupes de dominants (hommes ici). Pour aller plus loin: l’agitation, avec lien où vous pouvez télécharger une version du livre (il y a des différences avec la version papier) Le site du collectif Stop-masculinisme *Je ne nie pas que les hommes subissent eux aussi des violences: cependant, les chiffres, les statistiques montrent que 1/ les femmes sont les victimes principales 2/ le groupe dominant homme est le principal agresseur. Renier cette réalité, ne pas mettre de proportions, c’est…