Pax Neoliberalia, Jules Falquet
Avant , Essai , Livre , Recueil / 13 mai 2018

Recueil de 4 textes transverses s’intéressant aux racines des violences faites aux femmes à travers des prismes originaux : Pax neoliberalia dénonce la guerre silencieuse qui se (ré)organise et prolifère contre les femmes  derrière la « Paix néolibérale » de façade. Le premier texte se penche sur le Salvador et le Guatemala et rapproche les témoignages de femmes racisées violentées par leur conjoint avec les méthodes de torture inventée par des français, sous le sigle de l’OAS. La deuxième texte s’intéresse au service militaire en Turquie et montre comment cette initiation réservé aux hommes porteurs de pénis contribue à créer une classe d’oppresseurs, à légitimer la violence envers les femmes et à excuser celle-ci. Le troisième texte revient sur les féminicides de Ciudad Juaréz, à côté de la frontière mexico-états-unienne. De nombreux meurtres de femmes, en majorité racisés, pauvres et travaillant dans des maquiladoras, des entreprises où la main d’œuvre peu chère et docile attire les US companies ont eu lieu sans que les autorités s’en émeuvent. Jules Falquet revient sur la notion et l’oigine du mot féminicide, fait une synthèse des rares études qui ont été faites sur les dessous des féminicides et montre comment ceux-ci assoient le pouvoir en place,…

Sexisme, le mot pour le dire, Sarah Gurcel Vermande et Pauline Leet Pittenger
Avant , Essai , Livre / 9 janvier 2018

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». Quand il n’y a pas de mot, la chose est invisible. La nommer, bien la nommer, la révèle et c’est la première étape pour lutter contre elle. Le mot sexisme (sexism aux Etats-Unis), qui a été calqué sur celui du racisme (racism), n’aura en l’an 2018 que 53 ans. En France, ce néologisme a été évoqué par Emile Servan-Shreiber mais c’est surtout le discours, sur un campus universitaire non mixte aux USA, par une jeune enseignante réputée pour sa grande gueule qui lui a fait son baptême de feu. Pauline Leet s’appuie sur l’analyse du racisme alors plus avancé à l’époque et pointe les faiblesses de la formation que des étudiants hommes, en université non mixte, ne lisant que des hommes et n’ayant des des professeurs hommes ont. Elle explique le sexisme derrière l’idée de parler du point de vue de la femme plutôt que des femmes, qui leur sera toujours inaccessible tant qu’ils n’écouteront, ne liront ni n’interagiront pas avec l’autre sexe tant qu’ils cesseront pas de considérer les femmes comme des objets ou des trophées, poésies à l’appui. Ce petit livre propose une traduction du discours, encadré par…

Classer, dominer : qui sont les « autres » ?, Christine Delphy
Avant , Essai , Livre / 6 février 2017

Je pense que toute personne s’intéressant de manière au féminisme finit par toucher la notion d’oppression, le système où une population se retrouve divisée entre dominants et dominés ; l’autrice rappelle qu’il en existe plusieurs, selon la couleur de peau, l’orientation sexuelle, le sexe. Chacun a ses spécificités, mais chacune aussi a énormément de points communs : l’origine de cette classification devenu hiérarchique, les personnes qui l’ont défini (spoiler: ce n’est pas la nature) est le sujet central de l’essai. Est-ce que mieux comprendre l’origine de ces classements sociaux aux conséquences dramatiques vous intéresse ? Est-ce que comprendre l’origine du racisme vous intrigue ? Êtes-vous curieux de découvrir la nature des castes qui existent dans notre société ? Ce livre est fait pour vous. Site de l’éditeur Mon fil de lecture Extraits (introduction)  

Un silence de mortes, Patrizia Romito
Avant , Essai , Livre / 7 janvier 2017

Patrizia Romito raconte dans son avant-propos combien il a été difficile à écrire : on se doute qu’un livre de plus de 250 pages sur la violence masculine sous toutes ses formes (de la violence conjugale à l’inceste) ne sera pas de tout repos. J’ai tout de même été prise au dépourvu par la dureté dès l’introduction. On continue tout de même, car on comprend que cette lecture est nécessaire: qu’il faut connaitre et donner la mesure aux chiffres, aux statistiques sidérantes de la violence masculine, ainsi que être sensibilisée les tactiques et les stratégies de son occultation qui permettent particulièrement aujourd’hui de les entretenir. Il y a en sus une véritable analyse de l’oppression, avec des exemples éclairants de la traite des noirs pour les caractériser. Il y a également des sous-chapitres spécifiques traitant de la pédophilie et de l’inceste. Livre fortement Trigger pour la plupart des paragraphes. Je recommande de prévoir de le lire chapitre par chapitre, dans le temps si besoin. Si le style est très limpide, la lecture est très difficile : c’est malheureusement le sujet qu’il l’exige. Site de l’éditeur Pour aller plus loin (entre les lignes entre les mots)