En finir avec la culture du viol, Noémie Renard
Avant , Essai , Livre / 8 avril 2018

Noémie Renard est l’autrice du site d’information Anti-sexisme.net, et une source de référence sur les féminismes en général, en particulier sa série d’articles sur la culture du viol. C’est donc très confiante que j’ai commencé son livre, sorti le 8 mars, qu est un tour d’horizon sur la culture du viol en France. C’est un excellent ouvrage sur le sujet, concis et écrit dans un style clair, documenté avec de nombreuses références (il y en a 193 pour un livre de 180 pages, pour vous donner une idée). Les deux premières parties sont un tour d’horizons: étendue des violences sexuelles en Franc, leurs conséquences, les mécanismes qui font que les agresseurs son protégés et les victimes négligées selon une mécanique bien précise. Les deux parties suivantes expliquent ce qu’est et le pourquoi du viol à travers le prisme de la domination masculine. Enfin, la dernière partie vient conclure sur le sujet en rappelant une dernière fois que la culture du viol n’est pas inné et quels seraient les piste d’améliorer pour en finir avec elle, faisant le point jusqu’en 2017 de celles qui ont été mises en place et celles dont la mise en place a échoué. Naturellement, en 180…

Laëtitia ou La fin des hommes, Ivan Jablonka
Avant , biographie , Essai / 21 mars 2018

(TW féminicide, violence masculine) Laëtitia, ou la fin des hommes est un livre transverse, à mi-chemin entre l’essai sociologique, la biographie, l’oraison funèbre, le récit d’enquête. Le sujet est Läetitia Perrais, jeune femme de 18 ans, qui a été tué à Pornic en 2011 par Tony Meilhon. Un fait divers qui est devenu une affaire nationale quand la présidence a repris l’affaire pour justifier un durcissement des peines de récidive. Les chapitres, très courts, alternent entre les témoignages des proches qui esquissent le portrait de Laëtitia Perrais, les portraits révélateurs de ses proches, les témoignages des enquêteurices, membres de la justice, journalistes qui ont suivi/traité son dossier, le récit de l’enquête ainsi que ces évènements marquants. Le fil conducteur est de montrer à quel point la vie de Laëtitia Perrais a été fragmenté et malmené par les hommes et par l’Etat français (au sens des institutions et au delà de leurs meilleures intentions et du professionnalisme des membres qui la constituent) : car si Tony Meilhon reste son meurtrier ou son assassin, il n’est pas le seul qui a affecté durement sa courte vie. En suivant le chemin pris par Laëtitia et sa sœur jumelle Jessica, très présente dans le…

Un autre regard, Emma
BD , Essai , Recueil / 20 décembre 2017

La blogueuse Emma, ingénieure informatique et dessinatrice s’exprime en BD autour de sujets touchant la politique mais également de féminisme : vous pourrez découvrir dans ce premier tome notamment ce qu’est le gaslighting et ce qu’on appelle le regard masculin et l’épisiotomie (violences obstétriques). Récemment, sa BD sur la charge mentale a eu pas mal de succès et de retentissement. Un deuxième volume contenant cette BD est déjà disponible dans les librairies. Emma a un vrai talent pour la vulgarisation et je vous encourage à la découvrir.

Pour une théorie générale de l’exploitation: des différentes formes d’extorsion de travail aujourd’hui, Christine Delphy
Essai / 30 août 2017

La première partie de ce court essai traite avec des chiffres du travail domestiques, qui est une forme existante d’extorsion de traval sans salaire de la part des hommes sur les femmes dans les coupes hétérosexuel. La deuxième partie, plus difficile d’accès (j’ai eu un peu de mal, ne connaissant pas du tout le sujet traité avant cette lecture) revient sur la théorie de la plus-value de Marx et montre les limites de cette dernière, notamment dans l’analyse du travail domestique. Site de l’éditeur

Classer, dominer : qui sont les « autres » ?, Christine Delphy
Avant , Essai , Livre / 6 février 2017

Je pense que toute personne s’intéressant de manière au féminisme finit par toucher la notion d’oppression, le système où une population se retrouve divisée entre dominants et dominés ; l’autrice rappelle qu’il en existe plusieurs, selon la couleur de peau, l’orientation sexuelle, le sexe. Chacun a ses spécificités, mais chacune aussi a énormément de points communs : l’origine de cette classification devenu hiérarchique, les personnes qui l’ont défini (spoiler: ce n’est pas la nature) est le sujet central de l’essai. Est-ce que mieux comprendre l’origine de ces classements sociaux aux conséquences dramatiques vous intéresse ? Est-ce que comprendre l’origine du racisme vous intrigue ? Êtes-vous curieux de découvrir la nature des castes qui existent dans notre société ? Ce livre est fait pour vous. Site de l’éditeur Mon fil de lecture Extraits (introduction)  

Une pièce à soi, Virginia Woolf
Avant , Essai , Livre / 19 janvier 2017

Cet essai de l’autrice anglaise Virginia Woolf est plus connu sous le nom de sa première traduction, Une chambre à soi. Avec un passage récent de l’essai au domaine public, de nouvelles traductions ont pu être réalisés, et deux titres alternatifs en ont jailli: Un lieu à soi et Une pièce à soi. Et, quand on lit le livre, force est de constater que ce traductions sont plus pertinentes. Quel est le propos de cet essai ? Virginia Woolf utilise un cadre prétexte -parler à un interlocuteur auquel elle s’adresse des femmes et de la fiction (notamment dans la littérature) – ; et si elle parle bien de cela, le sujet de l’essai va bien au delà. Au début du XXème siècle, au sein d’une demeure d’un couple, les femmes n’ont pas le droit, comme leur mari, à une pièce qui leur est propre et dans lequel elles peuvent s’isoler. Cela serait un équivalent du bureau du mari, qui interdit à quiconque de rentrer dans sa pièce. Les femmes n’ont d’autres choix que d’utiliser, si elles peuvent et veulent avoir un moment à elles pour écrire ou autre, d’utiliser une pièce commune. C’est loin d’être anodin, et Virginia, sous une…